Accueil > FAQ

FAQ

  • Quel est le bruit d’une chaudière à condensation

    Le bruit d’une chaudière à condensation n’est pas plus élevé qu’une chaudière récente et bien moins qu’une ancienne chaudière à veilleuse. En termes de puissance acoustique, il existe deux catégories, les chaudières à condensation dont le niveau de la puissance sonore est compris entre 43 et 49 dB et celles dont le niveau de la puissance sonore est compris entre 38 et 43 dB.

  • La chaudière à condensation est plus chère qu’une chaudière standard ; pourquoi ?

    La chaudière à condensation possède un brûleur de très haute technologie, ainsi qu’un échangeur de chaleur important récupérant la chaleur des fumées et résistants aux condensats acides (pH entre de 3,5 à 5. Rappelons que le rendement est supérieur de ces faits, à 100%.

  • Chaudière à condensation et une chaudière basse température, comment choisir ?

    Tout dépend d’abord du budget dont vous disposez et des économies que vous souhaitez réaliser. Une chaudière à condensation est plus onéreuse qu’une chaudière basse température, mais possède un rendement supérieur 15% du principalement à la technologie et à la récupération de la chaleur latente des fumées. En revanche la chaudière à condensation permet un crédit d’impôt 2011 de 15 % alors que ce n’est plus possible avec la chaudière basse. De plus la chaudière à condensation devient le standard dans le cadre de la réglementation thermique RT 2012 portant le niveau de consommation des bâtiments au seuil basse consommation ou BBC.

  • Comment choisir entre un éco-générateur gaz et une chaudière gaz condensation ?

    Le budget bien entendu n’est pas le même car si la chaudière à condensation est un bien domestique désormais courant et obligatoire dans le neuf eu égard à la RT 2012, l’éco-générateur est encore au début de sa production en masse. Son développement devra être exponentiel en 2012. La différence, est que l’écogénérateur produit de l’électricité et utilise la technologie de la condensation pour assurer le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire de la maison.

  • Chaudière condensation double service : c’est quoi ?

    C’est simplement une chaudière à condensation qui assure à la fois le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire. Cette chaudière assemble en un seul élément carrosserie le corps de chauffe chauffage et un échangeur eau chaude sanitaire délivrant de l’ECS en continu. Certaines chaudières mixtes, pour apporter plus de confort d’eau chaude notamment en période de pointe intègre un ballon d’accumulation de plus ou moins petite taille. La régulation intégrée gère la priorité généralement donnée à la production d’eau chaude. Une chaudière « simple service » couplée à un ballon d’eau chaude sanitaire séparé (jusqu’à 300 l) constitue également un moyen d’obtenir une capacité de stockage renforcée et un confort maximal.

  • Production d’eau chaude instantanée ou micro-accumulation, que choisir ?

    Avec une chaudière murale, il y a trois façons de produire de l’eau chaude sanitaire : La chaudière avec production ECS instantanée. La chaudière produit l’eau chaude au moment où vous l’utilisez. La chaudière à micro-accumulation ; elle permet le stockage de quelques litres d’eau chaude dans le ballon, pour éviter le fonctionnement intempestif du brûleur pour de faibles quantités. Et la chaudière avec ballon à accumulation, qui elle stocke l’eau chaude sanitaire dans un ballon de plus de trente litres !

  • Calculer de la consommation d’eau chaude sanitaire pour un logement ?

    Un individu normal consomme par jour entre 50 à 60 litres d’eau chaude à 45°C (individu économe 20 à 35 l/j, individu moyen de 35 à 60 l/j, individu consommateur de 60 à 85 l/j). Quelques chiffres utilement, comptez 90 litres pour un bain, 35 litres pour une douche, 20 litres pour un lave-vaisselle, 25 litres pour un lave-linge, 65 litres pour le nettoyage.

  • Une chaudière à condensation, une chaudière basse consommation combien ça coûte ?

    L’achat et la mise en œuvre d’une chaudière gaz à condensation de 24 kW, cheminée ventouse, coutera environ 4200 €T.T.C. posés (compté avec TVA de 7 %). De plus vous pouvez profiter en 2011 d’un crédit d’impôt développement durable de 13% sur le prix d’achat de la chaudière. Une chaudière gaz basse température de 24 kW, idem ventouse coûtera 3800 €T.T.C., posé (compté avec TVA 7 %).

  • Quels sont les grands principes RT 2012 ?

    Dans la construction neuve en France, l’histoire a marqué le pas en 1974 avec l’apparition des premières règles thermiques obligeant à isoler le bâti. Depuis 1974, les Pouvoirs Publics n’ont cessé d’ajuster les exigences, au rythme des réglementations thermiques successives : 1982 (le coefficient B), 1988 (le coefficient C), 2000 (la RT 2000) et 2005 (la RT 2005) et désormais la RT 2012.

    Après 1974, vient 2012 est une nouvelle étape importante où il va enfin se construire en France des bâtiments très bien isolés, sans ponts thermiques, mais aussi bien conçus, et pensés autrement avec toute la filière maître d’ouvrage, architecte, thermiciens, économistes, ….. 1974, 2012 : deux dates importantes, voilà pour nous le premier enseignement majeur de ce nouveau règlement aux allures de challenge, prescrire ensemble, maître d’ouvrage, concepteurs, économistes, de l’énergie non consommée et durable ! Comme pour la RT 2005, pour cette nouvelle réglementation, une limite sur les consommations d’énergie primaire C max est exigée, de même pour le confort d’été.

    De plus, une nouveauté est introduite : une limite sur les besoins, B Bio max.

    Rappelons les trois exigences globales de la RT 2012 : le B bio max  : besoins 3 usages « chauffage + refroidissement + éclairage » - le C max : consommations 5 usages « chauffage + refroidissement + éclairage + ecs + auxiliaires » - le Confort d’été  : Température intérieure conventionnelle Tic ≤ Tic réf

  • Quel installateur est à même de mettre en œuvre une chaudière bois

    Nous recommandons les installateurs ayant signés la chartre QUALIBOIS pour les applications domestiques ; site www.qualit-enr.org/qualibois . Par ailleurs pour des projets plus importants des références chantier sont à exiger avec les économies ou performances atteintes.

  • Le bois de chauffage doit sécher combien de temps ?

    Le jeune bois nécessite un entreposage de 2 ans minimum pour une bonne combustion. Les 2 ans peuvent être ramenés à un an si ce bois est coupé, fendu et conservé sous un abri dans un endroit très bien ventilé. Le temps recommandé pour obtenir un bois sec à 20 % d’humidité est estimé à :

    • 15 mois pour des bûches de 33 cm en quartier, sous abri,
    • 17 mois pour des bûches de 33 cm en rondins, sous abri,
    • 18 mois pour un stère.
    • plus de 24 mois pour un stère. Un stère de bois correspond à 1 m³ de bois (1 m de longueur, 1 m de largeur, 1 m de hauteur). en rondins de 1m, à l’air libre.
  • Comment assurer le financement des installations de chauffage ?

    Installations de chauffage ou d’énergies renouvelables doivent être financer sur fonds propres, avec éventuellement les aides publiques (crédit d’impôts, crédit à taux zéro), et avec les prêts bonifiés ou adaptés.
    Un exemple de prêts avantageux touchant les installations de chauffage, d’EnR, d’isolation thermique, de remplacement de fenêtres, …, sont ceux de la banque SOFEA.

SPIP | Se connecter | Plan du site | MENTIONS LEGALES | Suivre la vie du site RSS 2.0