Accueil > BLOG > Chaudière à condensation : comment optimiser son rendement ?

Chaudière à condensation : comment optimiser son rendement ?

mardi 17 mai 2011

Chaudière à condensation : comment optimiser son rendement ?

Rien ne sert d’installer une chaudière à condensation, si elle ne condense pas !

Or les erreurs d’installation ou de régulation sont fréquentes pour que nous en alertions les ingénieurs thermiciens et installateurs chauffagistes.
Rappelons que la chaudière à condensation récupère la chaleur (latente) des fumées chaudes au contact d’un retour d’eau plus froide ? De ce fait on peut produire en théorie jusqu’à 111% de rendement sur PCI.

1°) La combustion doit être optimisée avec un réglage brûleur se rapprochant de la combustion dite stœchiométrique. Le point de rosée sera plus bas et la chaudière condensera plus rapidement pour plus de rendement dès que les retours de chauffage seront inférieurs au point de rosée.

2°) Attention à la surpuissance de la chaudière. Une chaudière gaz condensation avec trop de surpuissance ne sert à rien. Oui juste à moins moduler, fonctionner plus en tout ou rien et provoquer un rendement de combustion exécrable auquel s’ajoutent les pertes par pré-ventilation

3°) Cas de chaudières à condensation en cascade. Il faut mettre en œuvre un fonctionnement en parallèle et non en cascade l’une après l’autre. Pour un appel de chauffage moyen, 2 chaudières à condensation fonctionneront à 50% de charge avec un rendement de 106% PCI. Alors qu’une seule chaudière à 100% ne donnera que 100% de rendement sur PCI. Une manière facile de gagner 6 points.

4°) Travailler avec des régimes de chauffe à basse température avec une température moyenne chaudière faible. C’est la moyenne entre l’aller et le retour dans le corps de chauffe chaudière qui fait que la condensation sera plus ou moins intense.

5°) Produire de l’eau chaude sanitaire en condensant le plus pour le chauffage. Cela met de côté les schémas hydrauliques avec un primaire constant alimentant un échangeur ECS semi-instantané. Un stockage ECS en amont à haute température réglera le problème. L’échangeur à plaques étant disposé en aval.

Source et pour aller plus loin

- Dossiers techniques du portail de la performance énergétique XPAIR

- Le site Atlantic-Guillot

- Selon les conseils avertis d’Hervé SEBASTIA de la société ATLANTIC GUILLOT

SPIP | Se connecter | Plan du site | MENTIONS LEGALES | Suivre la vie du site RSS 2.0