Accueil > APPROCHE TECHNIQUE > Rénovation de chaufferie

Rénovation de chaufferie

lundi 19 août 2013

Particulièrement en rénovation, si la chaufferie comporte 2 chaudières, il n’est pas très utile que les 2 chaudières soient passées à la condensation. On n’arrive pas à obtenir un régime d’eau basse température toute l’année. En effet, les 2 chaudières ne sont nécessaires que par grands froids donc peu de jours par an. De plus, durant ces périodes, les températures de retour sont élevées et le rendement des chaudières à condensation n’est pas optimal. L’amortissement financier d’une 2ème chaudière à condensation et du tubage de son conduit de fumée sera donc difficile.
En règle générale, dans un immeuble collectif une chaufferie à rénover comportant plusieurs chaudières, on ne passe à la condensation qu’une partie des chaudières et on les utilise prioritairement.


La chaufferie peut également être rénovée en concomitance avec une rénovation thermique du bâti : isolation par extérieur, remplacement des vitrages, mise en place d’une VMC performante, …. De ce fait un nouveau bilan de consommation est à effectuer avec l’obtention de puissances moindre à mettre en œuvre.

Au-delà du remplacement de chaudière de puissance moindre, les idées à analyser dans un cadre de performance énergétique ou d’un bilan futur BBC, sont :

  • Mise en place de chaudières à condensation sous réserve que les radiateurs existants s’ils ne sont pas changés puissent accepter une eau basse température de 50°C contre 80°C sans doute initialement. Ce changement de régimes est important pour les économies qu’il peut engendrer. Toutes fois le bâti beaucoup plus isolé ne demandera sans doute que moitié moins de puissance, voire moins. Les radiateurs ont ainsi, après vérification, toutes chances de convenir aux nouveaux régimes d’eau ce chauffage basse température.
  • Mise en place d’une énergie renouvelable comme le solaire par exemple, d’autant plus si la chaufferie assurait la production d’eau chaude sanitaire. La réduction de puissance de chauffage entrainant la réduction du nombre de chaudières et donc de la place pour implanter un ballon de stockage de l’eau chaude solaire !
  • Point important : une régulation/programmation avec optimiseur, voire une GTC / GTB permettant une gestion des énergies et des équipements tant sur le plan de l’efficacité énergétique que sur le plan de la maintenance préventive (GTMAO)
SPIP | Se connecter | Plan du site | MENTIONS LEGALES | Suivre la vie du site RSS 2.0