Accueil > APPROCHE TECHNIQUE > Les nouveaux besoins BBC

Les nouveaux besoins BBC

jeudi 22 août 2013

Nouveaux besoins – nouvelles chaudières

Nous disposons de moins de ressources énergétiques. L’énergie fossile coûte cher y compris sur le plan de l’environnement, il faut donc la préserver, la limiter, la maitriser. Se chauffer en gaspillant n’est simplement plus possible. C’est pourquoi nous nous dirigeons vers un bâti « bio-conçu », c’est-à-dire extrêmement bien protégé en termes de déperditions, bien exposé aux apports gratuits du soleil, disposant d’une inertie captant et diffusant dans le temps la chaleur emmagasinée, d’autant plus si elle est gratuite comme le solaire…. Les équipements étant plus là pour gérer les besoins en mixant les énergies utiliser que pour répondre béatement à des fuites thermiques du bâtiment.


La chaudière « mute » en technologies multiples. Et notre système de chauffage dans tout cela ? Et notre bonne vieille chaudière ? Et bien elle s’adapte :

  • La chaudière présente en premier lieu des capacités et rendements thermiques jamais atteints en chassant le moindre kWh perdu, en récupérant sur la chaleur des fumées qui ne s’échappent plus à 200°C comme avant mais à peine à 40°C. C’est le cas des chaudières à condensation qui affiche des rendements supérieurs à 100%.
  • La chaudière baisse en puissance pour certaines applications comme pour chauffer des bureaux. Prenons des bureaux dits basse consommation (BBC) bien isolés par extérieur, la puissance et le dimensionnement de chaudière est sans doute divisé par 3 ou 4. C’est-à-dire là où étaient installées 300 kW soit 3 chaudières de 100 kW, aujourd’hui tels bureaux BBC ne demanderont qu’une seule chaudière de 80 kW !
  • La chaudière change de fonction principale. Par exemple dans l’habitat BBC, c’est l’eau chaude sanitaire qui est le besoins principal à satisfaire étant donné que le chauffage est réduit à sa plus simple expression. Dans ce cas la puissance de la chaudière ne change sans doute pas et se positionne à 16 kW (le chauffage pouvant représenter uniquement 3 kW). Simplement ces 16 kW sont nécessaires pour répondre aux besoins d’eau chaude sanitaire des occupants de la maison qui eux ont toujours les besoins sanitaires identiques.
  • La chaudière se lie automatiquement aux énergies renouvelables comme le bois, la pompe à chaleur ou le solaire. Le combustible gaz par exemple ne sera exploiter uniquement en cas de besoins (pointe hivernale, appoint eau chaude sanitaire,…). Le reste du temps, c’est par exemple l’énergie solaire disponible ou stockée qui sera utilisée. Bilan : un bilan de consommation optimisé où toutes les énergies disponibles sont optimisées, et en premier lieu les énergies renouvelables.
  • La technologie chaudière mute avec des nouveaux concepts optimisant les énergies eu égard aux nouveaux besoins basse consommation. La chaudière hybride avec sa pompe à chaleur intégrée, la chaudière gaz vecteur air, chauffant les locaux avec un minimum d’air chaud, l’éco-générateur, chaudière gaz avec un moteur Stirling produisant 1 kW d’électricité, ….

L’eau chaude sanitaire devient le poste important dans l’habitat BBC
En tout état de cause, dans l’habitat et de surcroit l’habitat BBC, le poste eau chaude sanitaire est devient prépondérant dans le bilan énergétique. Une habitation neuve BBC basse consommation répondant à la réglementation 2012 ne consommera pas plus, en moyenne, de 50 kWhep/m².an, Les projections du bilan annuel seront autour de la répartition suivante sur les 50 kWh/m² cités/

  • 15 kWh/m² an pour le chauffage
  • 25 kWh/m² an pour l’eau chaude sanitaire (ECS) ,
  • 5 kWh/m² an pour l’électricité éclairage,
  • 5 kWh/m² et par an pour les auxiliaires (ventilateurs, pompes, régulateurs),

Les besoins de chauffage sont divisés par 3 !
Dans les autres applications de chauffage notamment dans le tertiaire, la répartition des besoins sont différents. Par exemple pour des bureaux, les besoins d’eau chaude sanitaire sont faibles. Ceux relatifs au chauffage restent essentiels dans la part du bilan énergétique annuelle. Néanmoins, là où nous installions auparavant une chaudière de 300 kW, les calculs ne donneront dorénavant et certainement que quelques 80 kW ! Et sans doute que ces 80 kW ne seront appelés que 60% du temps car nous allons installer en parallèle des capteurs solaires thermiques !

Allez !! les temps ont changés, les chaudières aussi !

SPIP | Se connecter | Plan du site | MENTIONS LEGALES | Suivre la vie du site RSS 2.0