Accueil > APPROCHE TECHNIQUE > Chaudières murales à gaz

Chaudières murales à gaz

jeudi 22 août 2013

La chaudière murale gaz a fait son apparition dans les années 1960 lors du développement du chauffage central. Ce dernier apportait le confort collectif mais restait à individualiser les charges de chauffage appartement par appartement.

Le principe de la chaudière murale gaz est similaire à celui des chauffe-eau à gaz à production instantanée d’eau chaude sanitaire. Les principaux éléments en sont : le corps de chauffe à tube à ailettes, le brûleur à gaz, l’électrovanne gaz avec son thermocouple, la robinetterie eau avec son régulateur, la pompe de circulation et le vase d’expansion.

La régulation de température de la chaudière murale est individualisée au logement, elle s’effectue à partir d’un thermostat d’ambiance et/ou d’une sonde extérieure.Du fait des pertes de charge élevées de la chaudière murale à gaz, une pompe de circulation placée sur le retour assure le débit d’eau de chauffage.


L’installation de chauffage desservie peut être du type bitube, ou « monotube », ce qui nécessite moins de tubes et donc un cout d’installation moindre. Dans le cas d’une installation bitube, une vanne de décharge, soit intégré dans la chaudière soit mis en œuvre permettra le débit de bipasse surtout si les radiateurs sont équipés de robinets thermostatiques (pouvant tous se fermer). Attention néanmoins dans une installation monotube, le dimensionnement des tubes est différent et l’usage de robinet spéciaux 4 voies est nécessaire pour le raccordement des radiateurs qui eux également sont à dimensionner de manière différente qu’une installation bitube. Dans une installation monotube, c’est le premier radiateur qui recevra l’eau la plus chaude et le dernier qui est irrigué l’eau la moins chaude, qui sera ensuite le retour chaudière.

Les chaudières murales comportent 3 dispositifs de sécurité : veilleuse à sécurité par thermocouple interrompant le gaz au brûleur et à la veilleuse en cas d’extinction de cette dernière, sécurité de manque d’eau qui agit par l’intermédiaire d’un tube de Venturi de telle façon que le brûleur ne soit alimenté en gaz que si la pompe tourne et enfin un limiteur de température qui coupe l’installation lorsque la température d’eau est trop élevée.

La plupart du temps la chaudière murale gaz assurent simultanément la production d’eau chaude sanitaire, d’autant plus si el logement est de type BBC et les besoins de chauffage très faibles par rapport aux besoins d’ECS. Lorsqu’il y a demande d’eau chaude sanitaire, le chauffage est alors temporairement coupé.

La chaudière murale gaz quand elle est de type à condensation atteint des rendements supérieurs à 100%. Elle est de plus en plus esthétique et se confond dans l’aménagement de la cuisine ou d’une buanderie. Elle se met en œuvre tant en neuf qu’en rénovation. Certes le complément avec énergie renouvelable tel solaire ou pompe à chaleur (nouvelle chaudière hybride) est plus simple pour un programme neuf de logement. Cependant en rénovation les solutions intégrant les EnR existent avec du solaire collectif par exemple (cf. paragraphe « chaudière avec solaire »). Des solutions avec conduit ventouse sont simple à réaliser pour les sorties de fumées, et d’autres solutions existent réutilisant par exemple les anciens conduits shunt.

SPIP | Se connecter | Plan du site | MENTIONS LEGALES | Suivre la vie du site RSS 2.0