Accueil > APPROCHE TECHNIQUE > Chaudière et solaire

Chaudière et solaire

lundi 19 août 2013

L’habitat BBC sera solaire, ou ne sera pas !

C’est en partie faux, mais en grande partie vrai. Il n’y a qu’à consulter la réglementation thermique RT 2012 qui « impose » une énergie renouvelable pour toute maison neuve après le 1er janvier 2013. Le solaire est l’énergie gratuite par excellence !

De plus l’habitat BBC qu’il soit individuel ou collectif, voit son bilan de consommation orienté à 50% pour les besoins d’eau chaude sanitaire – cela est bien normal puisque les besoins de chauffage sont réduits à minima grâce à un bâti très performant – c’est donc le CESI ou le CESCI qui sera « LA » solution la plus standard d’ici quelques années. Le solaire qui ne s’est pas développé en France comme chez nos voisins Allemands, Suisse, ou Espagnol, va devenir une solution de base ; réglementation oblige ! Merci messieurs les députés.

Chauffage gaz et solaire thermique : pas de polémique !

Pourquoi le système combinés chaudière gaz et solaire thermique, est-il un système de chauffage référent BBC, parti d’autres bien entendu :

  • En premier lieu, le niveau de consommation BBC de 50 kWhep/m2.an pour les 5 usages que sont le chauffage, le rafraichissement éventuel, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage et l’électricité pour les auxiliaires. BON !! Si nous devions produire uniquement l’eau chaude sanitaire avec un chauffe-eau électrique, la consommation serait déjà de 66 kWhep/m2.an. Avec un chauffe-eau solaire CESI avec appoint électrique, les choses s’améliore, nous arrivons à 31.5 kWhep/m2.an. Enfin avec un CESI appoint chaudière gaz, nous obtenons 16 kWhep/m2.an, et ainsi toutes les chances de « rentrer » dans le bilan global et maxi de 50 kWhep/m2.an (base appartement de 65 m2 – Zone H2b – source bilan Cardonnel Ingénierie)
  • Le facteur dit d’énergie primaire ou « ep » joue en faveur de l’énergie gaz. Rappelons ce qu’est l’énergie primaire, c’est l’énergie nécessaire à l’origine ; toutes pertes inclues. Soit les coefficients qui ont été retenus sont par exemple de 1 kWh d’électricité dans un logement, il faudrait 2,58 kWh d’énergie à l’origine, tenant ainsi compte des pertes en ligne, les pertes transfo, … Alors que pour le gaz l’équivalence est de 1 (au lieu de 2,58 pour l’électricité),… Est-ce correct ? Est-ce dû à du lobbying des énergéticiens, les réseaux EDF sont-ils saturés de part la bulle du tout électrique ? Doivent-ils être renforcés à cout d’investissements ? Faut-il ne pas construire d’autres centrales nucléaires ? En revanche d’un autre côté, si nos réseaux gaz sont certes disponibles, c’est une énergie que nous ne produisons pas en France et que nous achetons ! Ah le monde n’est pas simple, alors restons sur les chiffres et mettons du solaire, il n’appartient à aucun énergéticien, il est à nous, captons le !

Intérêt du chauffage gaz condensation et solaire thermique

Déjà pour l’habitat le chauffage solaire suffira à chauffer l’eau chaude sanitaire en été, à 100% sans grand besoin d’appoint. En demi-saison il assurera le préchauffage et c’est l’énergie gaz d’appoint qui fera le complément avec un rendement condensation c’est-à-dire supérieur à 100%.

Pour aller plus loin et si on intègre les besoins de chauffage des locaux avec le système solaire combiné ou SSC, on peut assurer le chauffage en hiver (ou partie) surtout si l’habitat est BBC avec un bon Bbio et donc des besoins de chauffage très limités.


① Isolation thermique : c’est le manteau et avec le Bbio elle assure au bâti un potentiel durable de basse consommation quel que soit le système de chauffage.
② Equipements thermiques, c’est la chaudière gaz condensation qui vient en appoint de l’énergie renouvelable qu’est le solaire
③ Régulation des équipements ; c’est le chef d’orchestre sans quoi tout peut se dérégler te ne plus assurer la mission d’économies d’énergie. La régulation gère au plus juste la consommation énergétique et reste ainsi le dernier maillon avant la facture énergétique

Economies d’énergie « gaz et solaire »

  • Les économies d’énergie seront ainsi de l’ordre de 40% à 50% de la facture de chauffage.
  • Le rendement chaudière gaz condensation dépasse 100%, l’eau chaude sanitaire peut être produite en continu,
  • Rappelons même si elle est une énergie fossile, le gaz est l’énergie fossile comparativement la moins polluante.
  • Le crédit d’impôtdéveloppement durable est en 2011 de 45% sur l’équipement solaire et 13% sur la chaudière à condensation.
  • La TVA elle est réduite à 5.5% pour la rénovation thermique.


Systèmes solaires collectifs ou CESCI

Concepts solaires collectifs permettant d’individualiser l’exploitation « chaudière gaz individuelle et solaire collectif ». Le CESCI permet de satisfaire les besoins d’eau chaude sanitaire mais également de chauffage c’est le cas du schéma à droite


Cette technique est très intéressante pour les immeubles d’habitation collective en neuf comme en rénovation. Le solaire produit peut à la fois servir à substituer l’énergie nécessaire à la ‘eau chaude sanitaire et également à un accompagnement possible pour le chauffage, l’appoint s’effectuant généralement avec une chaudière individuelle gaz condensation. L’installation solaire thermique est collective en toiture, alors que les préparateurs sont individualisés par logement. Des solutions packagée « tout en un » existent notamment chez le fabricant De Dietrich Thermique – source schémas présentés –

SPIP | Se connecter | Plan du site | MENTIONS LEGALES | Suivre la vie du site RSS 2.0